De solides fondations sur un Rocher



Le RCL a goûté à la victoire chez un candidat au podium et reste invaincu cette saison.

Comme l'an passé (0-3), les hommes de Franck Haise se sont imposés sur le Rocher face à une équipe de Monaco méconnaissable. Si le résultat est quasi identique, le contenu de la rencontre l'est beaucoup moins lorsqu'on se prend à comparer les quelques indicateurs clés.

Les graphiques ci-dessous nous indique notamment que le rapport de force concernant la possession de balle s'est littéralement inversé entre le match de la saison dernière et celui de cette année. 

Car alors que les Sang et Or avaient écrasé par le jeu l'équipe de la Principauté, il s'avère qu'ils ont usé d'une autre méthode cette fois-ci.


Ils ont ainsi fait le choix d'une assise défensive en tout point imperméable, capable de subir les quelques assauts adverses depuis sa dernière ligne, comme de pratiquer un harcèlement collectif permettant une pleine occupation du terrain et donc une quasi impossibilité pour l'autre équipe d'entrevoir une progression intéressante. 

"On doit défendre en équipe. Souvent, les défenseurs sont critiqués quand on prend beaucoup de buts mais dans ma philosophie, bien défendre commence par le pressing. Et le pressing commence devant. Si on ne presse pas bien, on a des problèmes" expliquait il y a peu l'entraîneur de l'OL Peter Bosz au cours d'une interview. 

Une idée commune avec celles soutenues par Franck Haise. "On voulait être bien organisés, défendre en avançant afin de maîtriser leurs joueurs entre les lignes. Et on a bien défendu. On a concédé peu d'occasions franches. C'est une satisfaction globale."

Deux déplacements et autant de visages du Racing

Le signal est fort. Car après deux voyages à Rennes (1-1) puis à Monaco (0-2), les nordistes reviennent sans avoir concédé de défaite tout en ayant proposé deux stratégies totalement différentes.

En Bretagne, le Racing avait voulu faire jeu égal avec Rennes. Si bien qu'après avoir concédé l'ouverture du score puis être parvenu à égaliser rapidement, les lensois avaient peu à peu pris l'ascendant au fil du match au point d'être proches de l'emporter sur la fin. "Pour un premier match, on a vu de l'intensité. On a réussi à régler des problèmes que Rennes nous a posés, c'est bien. On sent qu'on a pris, au fur et à mesure du match, de la consistance."

Concrètement, Ganago était associé à Banza, dont les caractéristiques permettent à l'attaque Sang et Or de peser beaucoup plus haut sur le terrain. 

Par ailleurs, le positionnement moyen de Fofana fut à la même hauteur que celui de Kakuta, les deux joueurs se répartissant alors les zones : gauche pour le capitaine, droite pour le maître à jouer. 

Enfin, les couloirs furent beaucoup sollicités à l'image du jeu de la saison dernière. En effet, le RCL a centré 22 fois au cours du match pour 11 tirs et 7 occasions. 

Tout le contraire du match face à Monaco durant lequel les artésiens ont laissé les locaux prendre les initiatives. 



La science du pressing

En plein doute, les coéquipiers de Ben Yedder ont alors eu bien du mal à proposer quelque chose de consistant et à porter le danger sur le but de Leca. Une aubaine pour les lensois qui ont dès lors su profiter des erreurs monégasques pour marquer et rapporter les trois points.

Mais le fait est que sans les erreurs de l'ASM, les joueurs lensois ne seraient certainement pas parvenus à marquer. Appliqués à bien presser en avançant et à occuper tous les espaces du terrain, ils en ont oublié de se projeter en nombre vers l'avant pour tenter de créer le danger chez l'adversaire. 

La titularisation de Sotoca était un signe que le RCL allait se focaliser sur le pressing. Parfaitement coordonné avec ses coéquipiers, l'ex attaquant grenoblois est en effet exemplaire dans l'exercice. 

Il ne ménage jamais ses efforts, et fait preuve d'intelligence aussi bien dans ses remplacements que dans sa façon d'aller harceler le porteur de balle adverse. 

Haise a en réalité opté pour les deux types de pressing : l'offensif et le défensif. 

Le pressing offensif est basé sur l’intensité et sur la coordination de mouvement alors que le pressing défensif base sa propre force sur la capacité de l’équipe à fermer les espaces et à empêcher la circulation de balle adverse dans des zones restreintes en espace.

L'offensif, on l'a vu, a ainsi été mené de front par Sotoca, qui commence à défendre là où il a attaqué quelques secondes avant la perte de balle. Tandis que le pressing défensif, autrement appelé le repli, a parfaitement été exécuté collectivement. 

Les défenseurs centraux ont su couvrir les latéraux et ont pu compter sur l'appui des milieux de terrain lorsque cela fut nécessaire. D'un point de vue positionnement et respect des schémas, le RCL est ainsi parfaitement au point dans ce début de saison.

Pour preuve, les notes attribuées par nos confrères de L'Equipe aux offensifs monegasques : Golovine (3), Diatta (3) et Diop (4). Incapables de se trouver en bonne position entre les lignes lensoises, les attaquants locaux n'ont ainsi quasiment pas existé. Une appétence pour le pressing et le repli qui a, de fait, affaibli la volonté offensive de l'équipe nordiste. 

En témoigne, le nombre de centres (8) anormalement faible pour une équipe comme Lens. "Cet état d'esprit et cette faculté à bien défendre devraient nous aider à bien voyager, même à Bollaert." a lâché malgré tout un Franck Haise heureux qui s'attache à voir le verre à moitié plein.

100 % d'efficacité pour le RCL à Monaco

Ceci étant, l'entraîneur est conscient de l'importance de l'équilibre dans le football et de la faculté d'une équipe à alterner les phases défensives avec des actions offensives cohérentes et dangereuses pour l'adversaire. 

Il sait aussi que le taux d'efficacité offensive de son équipe lors de cette rencontre (100% car autant de tirs cadrés que de buts marqués) n'a pas été et ne sera pas toujours aussi élevé. 

Pour preuve, le match face à Saint-Etienne (2-2) : en se procurant 20 occasions et en marquant 2 fois, ses hommes avaient malgré tout dû concéder le nul à cause de deux erreurs défensives. Rageant au regard de la solidité défensive constatée sur le Rocher cette fois-ci. 

La prochaine rencontre face à Lorient, une équipe qui joue à 5 en défense et mise sur la rapidité de projection de ses attaquants, peut donc être perçu comme un parfait exercice !



Visuels : L'Équipe