Tour d'horizon


 Passons en revue toutes les équipes types des clubs de L1.

Les équipes supérieures au Racing

Sans grande surprise, la formation parisienne est, sur le papier, nettement supérieure à celle des Sang et Or. Individuellement ou collectivement, le PSG est hors d'atteinte.


L'Olympique de Marseille apparaît renforcé par le mercato en cours avec l'arrivée de plusieurs éléments qualitatifs. De fait, le onze olympien domine celui du Racing et ce dans toutes les lignes.


Les champions de France en titre ont perdu leur entraîneur et quelques joueurs importants. À ce jour, la colonne vertébrale de l'équipe (Fonte, André, Yilmaz) demeure et offre ainsi au LOSC un onze bien supérieur à celui du RCL.



Le onze de la Principauté a frôlé le titre l'an dernier grâce à une montée en puissance progressive tout au long de la saison. Pourront-ils confirmer cette année ?


Le projet Ineos a passé la vitesse supérieure cet été avec l'arrivée de l'entraîneur champion à Lille, Christophe Galtier. Comme toujours, son équipe devrait donc être cohérente et solide d'autant que les aiglons ont recruté quelques joueurs intéressants.


Lyon entame l'après Garcia avec quelques incertitudes notamment du fait du départ de leur attaquant vedette Memphis Depay. Le nouveau coach, adepte du jeu offensif, de Michels et de Cruyff voudra rapidement imposer sa patte à cet effectif qui garde belle allure.


Saisons après saisons, Rennes se structure et se renforce. C'est encore le cas cette fois-ci avec notamment l'arrivée de Badé, ex Sang et Or en défense. Les Bretons ont - en théorie- de quoi aller chercher un podium !



Les équipes équivalentes au Racing

Avec une phase de préparation enfin menée par leur coach principal (Antonetti), les lorrains pourraient gagner en solidité et en régularité cette année. L'effectif a peu évolué jusqu'à présent et devrait donc encore poser quelques soucis aux joueurs artésiens.


Le Stade de Reims poursuit sa révolution avec l'arrivée du technicien étranger Oscar Garcia connu pour son court passage dans le Forez il y a quelques années. Tactiquement, les champenois devraient passer eux aussi à trois derrière et chercheront un jeu de possession et de contre pressing à la perte. Ambitieux mais dangereux.


Le SCO doit gérer l'après Moulin alors que le coach incarnait depuis une décennie le jeu de l'équipe. Transition difficile en perspective bien que Gérald Baticle, le nouveau coach, semble vouloir amener de la fraîcheur d'un point de vue tactique.



Le FCNA a vu de près l'éventualité d'une relégation l'an dernier. Le Président Kita étant toujours là, la fracture avec les supporters demeure pourrissant ainsi l'environnement autour de l'équipe. Avec l'arrivée de Cyprien, et un état d'esprit galvanisé par la victoire en barrage, les canaris peuvent peut-être vivre une saison plus sereine.


Strasbourg est désormais bien implanté dans l'élite, l'heure de l'évolution a donc sonné. Un nouveau technicien est arrivé, et avec lui d'autres idées de jeu symbolisées par la signature de Gameiro.


Bordeaux voit son présent totalement chamboulé par le rachat de Gérard Lopez. Cet acte semble venir refermer une parenthèse diabolique mais n'apporte pourtant aucune garantie quand on connaît le modèle de développement choisi par l'ex président lillois. Néanmoins, l'équipe devrait gagner en qualité d'ici la fin du mercato.


Bien que le MHSC a vu son capitaine Vitorino Hilton mettre fin à sa carrière, le club a conservé ses valeurs sûres et s'est même bonifié avec la signature de Mamadou Sakho. De quoi viser, une fois encore, le premier tiers du classement.



Les équipes inférieures au Racing

Sur le papier, le onze des verts fait rêver beaucoup de romantiques du football car il affiche plusieurs joueurs issus de la formation (environ 50% de l'équipe présentée). Néanmoins, cette dernière apparaît encore trop tendre pour espérer mieux que l'an dernier (11e).


Il est certain que le nouvel entraîneur Der Zakarian saura apporter ce supplément d'âme à ses joueurs pour offrir au Stade Brestois une équipe de caractère. Cela dit, individuellement, le onze aligné ci-dessous semble manquer de consistance.


Les merlus vont tenter de s'articuler autour d'une défense à trois et miser sur la rapidité de leurs attaquants. Mais tout dépendra du positionnement des pistons où les solutions pour Pelissier ne sont pas nombreuses.


L'ESTAC, sous la houlette de Battles, a proposé à la L2 un jeu huilé et chatoyant. L'idée est de faire la même chose à l'étage supérieur, avec les mêmes hommes et les mêmes préceptes. Chiche ?


Le onze aligné est composé de joueurs rompus à la L2. Il manquera certainement une plus-value pour bien figurer cette saison. À moins que la découverte de l'élite suffise à fédérer toutes les énergies du club pour performer de manière inattendue. 



En résumé

Selon notre analyse, le championnat se compose donc de 7 équipes supérieures au RCL, de 7 autres équivalentes et enfin de 5 onze qui apparaissent en dessous de celui de Haise. De quoi prédire une moitié de tableau au classement pour les joueurs artésiens (entre la 8e et la 15e place). 

Car les équipes inférieures ou équivalentes ne seront pas forcément facile à battre. Beaucoup se sont réorganisées autour des mêmes idées que Haise : défense à trois, utilisation à outrance des couloirs, contre pressing dès la perte de balle, et positionnement d'un joueur entre les lignes adverses faisant le lien entre la défense et l'attaque.

Il s'agit donc pour le coach lensois de trouver d'autres principes de jeu ainsi que d'autres ressorts de management pour emmener ses hommes vers des résultats similaires à ceux de l'année dernière. Pas une mince affaire !