Plan de relance



La deuxième recrue du RCL (hors levées d'OA) sort d'une saison blanche pour cause de blessure.

Libéré de son contrat qui le liait avec le téfécé, l'attaquant Wesley Saïd vient de s'engager avec le club Sang et Or et par la même occasion va retrouver la L1 après avoir été relégué dès sa première saison avec Toulouse.

"C’est un attaquant très complet qui va beaucoup nous apporter notamment dans des systèmes avec une attaque à 2 têtes et un milieu offensif proche" a très vite réagi le technicien lensois qui vient de prolonger son aventure dans l'Artois. Son premier argument est d'ordre technique, tandis que le deuxième est davantage affectif. "J’ai beaucoup de bons souvenirs de Wesley et avec lui, beaucoup de victoires ! Il était toujours surclassé et jouait donc tout le temps contre des adversaires qui avaient 2 ans de plus."

Éloigné des terrains depuis un an

La particularité du premier renfort du mercato lensois est de sortir d'une saison quasi blanche pour cause de blessure. Car lors de l'été 2020, l'ex dijonnais s'était rompu le ligament croisé antérieur au cours d'une rencontre amicale.

"Les ligaments croisés font partie des 4 principaux ligaments du genou, avec les ligaments latéraux. Ils se croisent en plein milieu de l’articulation, ce qui explique leur nom. On distingue le ligament croisé antérieur (LCA) et le ligament croisé postérieur (LCP)." rappelle le kinésithérapeute Jérôme Auger.

"Ce genre de blessure survient souvent à la suite d’un manque de concentration dû à la fatigue. On constate généralement un pic de ce type de blessure soit en début de saison ou après une trêve, soit en fin de saison quand les matches s’enchaînent. Après, on parle de fatigue mais elle n’est pas uniquement physique, elle peut aussi être mentale", prévient Jean-Marcel Ferret, l'ex médecin de l'équipe de France.

Deux facteurs de risques : intrinsèques et extrinsèques

Pour le toubib, un autre facteur de risque est à prendre également en compte. Il touche "les joueurs qui aiment dribbler et accélérer, effectuent plusieurs actions avec un fort engagement des genoux. Ils sont donc naturellement des sujets à risque." Le profil type de Saïd qui est généralement décrit comme un joueur vif, technique et dont l'appétence pour le dribble est élevée.

Notez que tous les footballeurs ne sont pas égaux face aux risques de blessure. Il existe deux grands types de facteurs de risques :

  • Ceux liés au joueur lui-même (sa morphologie, sa technique de jeu, ses antécédents), dits intrinsèques
  • Ceux qui dépendent de contraintes extérieures (équipement, type de terrain), dits extrinsèques


Source : transfertmarkt.com


Même si l'opportunité financière est indéniable pour le Racing, à savoir d'obtenir gratuitement un joueur dont la côte actuelle flirte encore avec les 2,5 M€, la question de son niveau se pose. 

Car Saïd, blessé en août 2020 et opéré dans la foulée, n'a joué que 45 min en quart de finale de la Coupe de France contre Rumilly Vallières (défaite 2-0 du TFC). "Après l’opération, il faut généralement un minimum de 6 mois avant de revenir sur les terrains. Les chirurgiens préconisent même désormais des périodes de convalescence de 9 mois et, par expérience, je sais qu’il faut en général un an pour que le joueur revienne à son niveau d’avant-blessure. J’ai même constaté que la marge de progression est limitée après ce type de blessure. C’est-à-dire que le joueur blessé peut retrouver son niveau d’avant-blessure, mais il est très rare qu’il devienne meilleur qu’avant", prévient Ferret.

La possibilité d'une rechute

Selon l'ex médecin de l'OL, le risque d'une rechute est même plutôt élevé. "Oui, les rechutes sont fréquentes. Il y a, d’une part, la récidive sur le même genou, mais il y a aussi un autre phénomène récurrent, c’est lorsque l’on se rompt le ligament croisé antérieur de l'autre genou quelques matches après son retour de blessure. Pourquoi ? Parce que souvent le joueur se focalise sur son genou blessé et oublie l’autre."

L'exemple le plus concret provient du joueur formé à Lens, Jeff Reine-Adélaïde, une première fois blessé au genou droit en février 2019, et qui s'est à nouveau rompu le LCA en février 2021.

Un contexte qui n'effraie en rien les dirigeants lensois. Au contraire ! "Nous avons senti chez Wesley une volonté très forte de nous rejoindre et de reprendre le fil de sa progression. Nous avons, dans ces conditions, unanimement pensé que son arrivée représentait une belle opportunité pour le Racing." confirme Arnaud Pouille, le DG. Florent Ghisolfi, coordinateur sportif du club, ajoute : "Wesley sort de 2 saisons compliquées. Il est plein d’envie. Nous lui offrons la possibilité d’exprimer pleinement son potentiel. Nous connaissons ses qualités de footballeur et elles correspondent à nos besoins offensifs."

L'exemple Jean

Le board artésien a ainsi davantage en tête l'exemple de Corentin Jean, blessé en mars 2019 avant de rejoindre le Racing en début d'année 2020 sous forme de prêt d'abord puis d'un transfert 6 mois plus tard. Le joueur s'est ainsi inscrit pleinement dans la rotation de l'effectif la saison passée, participant à 23 matches de L1.

L'arrivée de Wesley Saïd démontre donc une fois encore l'audace des dirigeants lensois ainsi que leur capacité à flairer les bons coups. Car l'absence d'indemnité de transfert à verser ne fait pas prendre de risque financier au club et le statut du joueur ne viendra pas non plus bouleverser l'équilibre de l'équipe.

En offrant un plan de relance à l'ex attaquant toulousain, Lens peut, à l'avenir, compter en tirer tous les bénéfices, qu'ils soient sportifs ou financiers.