Faire toujours mieux, pas toujours plus

Faire toujours mieux, pas toujours plus




Même après une saison réussie, il est primordial de trouver des axes d'amélioration. 

Tous les experts en entreprise vous le diront, l'amélioration continue est une démarche sans fin qui doit être la finalité de toute organisation ! Et ce, même après un succès caractérisé par l'atteinte des objectifs établis.

L'idée n'est donc pas de faire toujours plus mais toujours mieux. "L’amélioration continue est une activité régulière permettant d'accroître la capacité à satisfaire aux exigences, rappelle pour nous ce consultant. Plus concrètement, il s’agit d’une démarche cyclique de progrès permettant d’atteindre des objectifs fixés et à chaque fin de cycle, recommencer pour tendre vers un fonctionnement optimum."

La saison du RCL a ainsi fait émerger tout le bon travail réalisé depuis plusieurs saisons maintenant par l'équipe dirigeante du club, ainsi que l'investissement du staff au service des performances de l'équipe première.


Une démarche graduelle d'amélioration

Dès lors, ces acquis doivent contribuer à la démarche d'amélioration qui repose justement sur une approche de petits pas. "C'est effectivement une démarche graduelle, un avancement progressif pour détecter et traiter les opportunités d'amélioration."

L'idée du "toujours mieux" s'entend ainsi : partir de l'existant et rechercher son amélioration dans un seul but qualitatif. La qualité engendrera le bien être, l'un des facteurs de la performance. Tout le contraire du "toujours plus" qui ne se base que sur l'attrait de la nouveauté. "Le toujours plus a tendance à délaisser l'existant pour ne focaliser son attention que sur la potentialité, sur ce qui n'est pas encore. Au risque de provoquer un effet disruptif ".

Aux antipodes d'un processus d'amélioration continue, qui peut être perçu comme une éloge de la lenteur et du détails. L'une de ces méthodes est celle du Kaizen, venue tout droit du Japon. "Le Kaizen est un processus d’évolution continue qui repose sur de petites améliorations répétées au quotidien. Pour que cela fonctionne, chaque membre de l’équipe doit être impliqué et proposer des idées d’évolution. L’idée : se focaliser chaque jour sur l’élimination des problèmes et l’optimisation des process de travail. C’est donc une méthode douce et progressive, à l’opposé des notions de disruption ou de révolution qui impliquent des changements plus brutaux." explique encore le consultant que nous avons contacté.

L'approche managériale de Franck Haise, depuis sa nomination, s'inscrit clairement dans la méthode Kaizen, c'est-à-dire dans la décomposition d'un objectif ambitieux en une succession de progrès simples à réaliser. "Il ne faudra pas croire que les choses seront acquises" rappelait d'ailleurs le coach au sortir du dernier match de la saison lorsqu'on lui demandait d'évoquer la suivante.

Par cette déclaration, il a défini un existant tout en rappelant qu'il va s'agir de l'améliorer pour ne pas stagner.

À lire aussi : Référentiel

L'entraîneur lensois a également cette particularité d'englober la performance dans une vision beaucoup plus large que celle du terrain. C'est pourquoi il a notamment proposé à ses joueurs un suivi psychologique, des séances de yoga et des bases de développement personnel. "Avec le club, on souhaitait développer un département assez large allant de la performance au bien-être, détaille Haise. C’est important que les joueurs soient prêts physiquement mais qu’ils soient aussi bien dans leur tête. On a travaillé sur ces deux aspects pour élargir le staff. "

Il va s'agir donc pour ce staff de définir les axes d'amélioration à poursuivre dans toutes ces composantes afin de tirer davantage encore du groupe à leur disposition. On a notamment en tête ces sauts de concentration au cours d'un match, qu'il s'agira de réduire voire de supprimer.

Du côté du terrain et des chiffres, les plus assidus d'entre vous auront sûrement vu en parcourant notre article intitulé Référentiel que le RCL possédait, au regard des moyennes effectuées à partir des données du championnat depuis 2003, une attaque digne d'un 3e-4e de L1 mais la défense d'un potentiel 17e (55 BP, 54 BC) !


Haise privilégie le risque de marquer à la maîtrise pour ne pas encaisser.

Une atypie qui ne vient pas de déboires individuels puisque aucun défenseur, au sortie de la saison, n'est pointé du doigt. Jonathan Gradit a même souvent été nommé lorsqu'on évoquait le lensois le plus régulier tandis que Loïc Badé a ce statut de révélation de la saison qui lui vaut d'être la cible de plusieurs clubs durant ce mercato. À un degré moindre, le dernier compère de la ligne défensive, Facundo Medina a globalement répondu aux attentes placées en lui.


Dès lors, cette défaillance serait donc davantage collective qu'individuelle. À titre de comparaison, Marseille qui termine avec 3 points d'avance n'a encaissé que 47 buts, et Rennes +1 n'en a lui concédé que 40. Mais le Racing a plus marqué que chacun de ces deux équipes !

Et la clé du problème se trouve probablement là ! Cette perméabilité défensive serait donc l'une des raisons de cette attaque performante ! La puissance de notre attaque a engendré la faiblesse de notre défense. 

Franck Haise est en effet un adepte de la recherche de déséquilibre chez l'adversaire sans craindre que sa propre équipe se déséquilibre elle-même. Il privilégie le risque de marquer à la maîtrise pour ne pas encaisser.

On se souvient notamment de ses schémas asymétriques qui ont permis à Clauss, côté droit, d'être de nombreuses fois en position d'ailier, sans avoir pour autant son équivalent côté gauche. On a aussi en mémoire ce positionnement de Fortes au milieu de terrain lors de la phase de construction, alors qu'il était aligné en défense centrale le reste de la partie. Gradit ou Badé pouvait également monter balle au pied et ainsi déserter littéralement leur poste le temps d'une attaque.


Vous voyez, cette appétence pour le déséquilibre fait la force de Haise et de ses idées sur le football ! Mais en toute force, une faiblesse se cache. Et cette prise de risque a aussi permis aux adversaires de pouvoir plus facilement marquer.

Aussi, les équipes placées le plus haut au classement sont justement celles qui parviennent à prendre le risque de marquer sans pour autant se mettre en danger défensivement. Il est clairement là l'axe de progression du RCL version 2021-2022 mais il peut s'avérer dangereux de s'y atteler.

Car à trop vouloir obtenir la rigueur défensive, on prend le risque de perdre cette liberté offensive qui a fait la force de l'équipe.


Renforcer la défense sans affaiblir l'attaque et vice versa

Vous l'aurez donc compris, Franck Haise et son staff vont devoir faire tenir toute leur stratégie d'amélioration sur un fil : il leur faudra s'améliorer sans réinventer, se solidifier sans se trahir, se reconstruire sans se détruire, etc.

Retour au Kaizen pour obtenir la marche à suivre, car la méthode possède de grands principes à retenir :

  • Se remettre en permanence en question : même si quelque chose fonctionne, il faut toujours chercher à l’améliorer. C’est le seul moyen de rester concurrentiel.
  • Ne pas viser la perfection mais l’amélioration continue. La perfection sera atteinte par la répétition de petites améliorations apportées au quotidien.
  • Identifier la cause originelle des problèmes pour les résoudre durablement. Car régler les symptômes d’un problème sans en rechercher l’origine vous expose à être de nouveau confronté au problème.
  • Régler les problèmes sans attendre : il est très important de régler les problèmes dès qu’ils se posent et avant qu’ils n’empirent et que cela devienne plus compliqué et plus coûteux en temps et en énergie de les résoudre.
  • Hiérarchiser les changements à mettre en place : il est préférable de privilégier les progrès faciles, rapides et peu coûteux à mettre en place.
  • Dans une équipe, impliquer tous les membres dans la recherche de solutions : chaque personne, quelque soit son niveau hiérarchique, doit pouvoir s’exprimer, proposer des idées, participer et adhérer aux changements proposés.
En construisant ses approches managériale et d'amélioration de la performance autour de ces principes, le RCL de Franck Haise parviendra certainement à réussir son ambition...lui qui n'avait, dans un passé pas si lointain, que l'ambition de réussir. Un changement radical !