Header Ads

La rumeur est la fumée du bruit


En commentant un article paru dans la presse, le RCL a choisi de réagir vite face aux premières rumeurs du mercato.

L'article qui a mis le feu aux poudres est paru sur le site de la radio France Bleu Nord et s'intitule : "RC Lens, le mercato a déjà débuté". Dans le corps du papier, le journaliste évoque "une liste élargie où figurent des joueurs évoluant en L1 qui sont des cadres dans leurs équipes".

L'investigateur prend aussi le pari de citer nominativement trois cibles potentielles du Racing. Un joueur du FC Metz, un autre de l'ASSE et enfin un dernier évoluant au SCO d'Angers. Il rappelle, enfin, que le club artésien a choisi de "ne pas communiquer sur le sujet" en rappelant la doctrine du RCL : la situation actuelle économique du football français appelle au calme.

Agir vite, au risque d'amplifier

À la surprise générale, le RC Lens a publié un communiqué pour réagir à cet article. Sans démentir un possible intérêt évoquant même "des joueurs potentiellement sur des listes", le club lensois indique "qu’aucun contact n’a été pris pour la saison prochaine avec un des 3 joueurs cités, leur représentant ou leur club".

Une stratégie inédite pour le club mais pas totalement incongrue selon le chef de rubrique de Cadre-Dirigeant Magazine, Hervé de Monteoul. "Si une rumeur court sur vous, vous devez agir vite, mais pas n’importe comment au risque de l’amplifier."

Mieux vaut donc prévenir que guérir selon cet expert. "Et si elle se répand, c’est qu’elle est crédible, plus les gens la croient facilement plus ils la colportent. Sa crédibilité ne dépend pas de la source de l’information, mais de sa cohérence avec les préjugés, les stéréotypes ou les images largement répandues."

Identifier les éléments crédibles

C'est le sens du communiqué publié par le club qui reprend précisément, presque point par point, les informations contenues dans l'article. Selon De Monteoul, la bonne manière de répondre à une rumeur est ainsi "d'identifier les éléments qui la rendent crédible, et qui peuvent en partie provenir de votre comportement, car la réprimer est très difficile."

Pour être clair, le RCL ne nie pas l'existence de listes de joueurs ciblés (heureusement à cette période de l'année), il précise qu'aucun contact n'a été établi avec les joueurs en question. Ce dont l'article d'origine ne fait d'ailleurs aucunement mention de manière explicite.

Dans sa manière de réagir, les dirigeants nordistes ont opté pour une communication ouverte. "Si vous communiquez bien, si l'environnement (les supporters) sait ce qui se passe, vous allez étouffer dans l'œuf tout bruit qui commence. Cela s'appelle agir en entourage immédiat."

La manœuvre est d'une logique implacable selon le chef de rubrique. "Lorsqu'un groupe de personnes sait ce qui se passe, il n'a pas besoin de deviner quoique ce soit."

Communication ouverte et approche d'entourage immédiat

Car l'origine d'une rumeur provient tout simplement de "la peur du vide", de "ce besoin de donner un sens à tout ce qui se passe autour de nous", de "l'ennui qui est ainsi trompé" ou enfin de "la vanité de chacun à vouloir se montrer détenteur d'une information".

Selon De Monteoul encore, "la communication ouverte arrête la rumeur, et si elle continue, cela signifie que vous devez fournir plus d’informations. Si une personne en particulier la répand, rencontrez-la vite pour comprendre. Évitez la dénégation frénétique qui vous fera paraître comme coupable de la rumeur que vous essayez de réfuter."

Des dires qui peuvent expliquer pourquoi enfin le RCL a choisi de s'adresser presque directement à la radio France Bleu et au journaliste concerné.

À l'heure de boucler cet article, nous ignorons encore les effets d'une telle communication : étouffement de la rumeur ou amplification ? Wait and See.

Fourni par Blogger.