Élections Européennes en Artois

Un mode de scrutin : la performance.

Cinquième à 10 journées de la fin, le RCL s’est offert le droit de concourir aux élections européennes aux côtés de 5 autres équipes. Pas forcément favoris sur le papier, les hommes de Haise ont pour eux l’opinion publique et des sondages de plus en plus favorables. De quoi créer une "dynamique" comme l’évoquent très souvent les plus fins limiers des observateurs politiques lors des campagnes électorales.

Votre site favori décortique l'affaire rien que pour vous !

La situation


Le calendrier


La synthèse

Vous l'avez vu, comme souvent lors de ces élections européennes, pas facile de dégager un favori parmi tous ces candidats. Car le cœur a ses idées mais la raison fait valoir de sérieux arguments. 

Néanmoins, ce sprint final de dix rencontres peut s'avérer passionnant pour tous ces clubs, dont les conséquences d'une qualification ou d'une non qualification diffèrent complètement, faisant varier la pression ressentie actuellement au sein de chacune de ces équipes.

Pour résumer, le RCL a pour lui ses certitudes de jeu, nées des idées claires de son entraîneur qui s'est appliqué à les mettre en œuvre depuis le début de saison quelque soit le contexte. Metz est également emmené par un excellent coach qui sait tirer le meilleur de son effectif. Montpellier a pour lui l'habitude de figurer dans cette partie de classement ainsi que cette sorte de sérénité à toute épreuve dans son organisation structurelle, quelque soit les résultats. Marseille, c'est tout l'inverse ! Le volcan est en éruption depuis quelques semaines et peut tout suggérer. Angers est une force tranquille qui se connaît parfaitement et peut dès lors se concentrer sur les failles de ses adversaires pour les exploiter au maximum. L'équipe de Moulin est néanmoins celle qui perd le plus parmi ces six candidats. Enfin Rennes connaît une crise de résultats qui a conduit à un chamboulement structurel. Du chaos renaissent parfois bien des choses.

Le sondage



À vos bulletins !