L'empreinte de Haise


Lens marche dans les pas de son entraîneur depuis sa prise de poste.

Franck Haise fut nommé un peu à la surprise générale en février dernier. L'étonnement émanait de deux sources : le contexte (Lens était 3e et encore en course pour l'accession) et la nature du choix des dirigeants. Car jusqu'à cette nomination, le natif de Normandie était à la tête de l'équipe réserve Sang et Or.

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, un virus a ébranlé les modèles de société de la planète entière et le RCL a signé son retour dans l'élite d'une façon toute aussi étonnante que l'irruption de son coach !

Les résultats dépassent largement les attentes et les temps de passage de l'objectif établi, mais surtout le contenu est de loin le plus enthousiasmant que les supporteurs aient connu en cette dernière décennie. Un jeu basé sur le collectif et le mouvement, irrigué par une constante source d'idées et d'améliorations. Rappelant, pour les puristes, l'arrivée de Sacchi à l'AC Milan en 1987.

Haise ou le Sacchi du nord

À l'époque, en provenance de Parme évoluant en Série B, le technicien italien fait face à un défi de taille. "J'ai dû convaincre que le foot pouvait être un jeu reposant d'abord sur une certaine idée du collectif. Un collectif tourné vers l'attaque. Il a fallu expliquer à des gens vivant et approchant le foot d'une certaine façon que les connexions, les liaisons entre les joueurs, pouvaient renforcer finalement la sécurité et donc indirectement aussi le jeu défensif. En jouant ensemble, mais pas uniquement d'un point de vue de l'état d'esprit, non, surtout d'un point de vue technique, on pouvait améliorer le jeu."

Ce défi, Franck Haise le relève aisément depuis sa prise en main de l'équipe première en février dernier. À l'époque, le RCL de Montanier semblait prisonnier de ses dogmes et plus capable de se réinventer sans toutefois trahir ses principes. L'animation du jeu était plate, et facilement lisible pour les adversaires.

Notre système, c'est le mouvement

Et alors que Lens vient de prendre 1 point sur 6 lors de deux rencontres successives à domicile, Haise a su régénérer la mécanique collective de son équipe pour aller décrocher une victoire précieuse à Rennes, pourtant un club au statut d'européen.

"Il fallait faire une belle performance, être solides, laisser peu d'espaces, explique le coach lensois. Le but c'était d'être un peu plus compacts que d'habitude et toujours avancer dès que c'était possible. On a aussi été efficaces. En particulier sur la première occasion, toujours la plus importante."

Bien que disposés de la même façon en 3-5-2, les Sang et Or se sont ainsi montrés bien plus compacts défensivement afin de ne pas offrir ces espaces aperçus notamment contre Angers (1-3). Ils ont laissé la possession aux Rennais (40% contre 65% devant Angers), ont réalisé moins de 300 passes (620 contre le SCO) et n'ont tiré que 4 fois au but, pour autant de tirs cadrés et d'occasions ! "On n'a pas eu trop de problèmes en leur laissant la balle. Il fallait gérer les situations de centres et de coups de pied arrêtés, et on l'a aussi plutôt bien fait."


Un jeu direct et vertical de contre-attaque qui a fait mal aux hommes de Stephan. "Notre système n'est pas le 4-4-2, c'est le mouvement" répondait Sacchi à son époque milanaise aux questions des observateurs. Haise pourrait ainsi en faire autant !

Car son 3-5-2, bien qu'immuable à chaque coup d'envoi depuis le début de saison, est néanmoins malléable et mouvant. Et pas si simple à déchiffrer ! "On observe malgré tout des constantes dans le jeu lensois : densité côté ballon, courses répétées au pressing et anticipations des défenseurs centraux pour couper les possibilités adverses." note ce spécialiste.

Le RCL limite les espaces de jeu

Et le Stade Rennais n'a pas eu la réponse adéquate à la capacité athlétique des lensois qui paraissaient compresser le terrain. À la moindre passe en retrait de l'équipe locale, le RCL avançait son bloc et semblait en avance dans sa faculté d'anticipation des passes adverses. Tout dans son organisation laissait penser que son idée principale était de réduire les espaces de jeu de l'équipe adverse. 

L'équipe artésienne a su aussi relier ses lignes : la défense et le milieu paraissaient coulisser ensemble, notamment avec Cahuzac qui a sans cesse compensé les montées de ses latéraux. Idem pour le milieu et l'attaque, qui a vu en Kakuta, un point de relais de haut niveau. C'est d'ailleurs sur une phase de pressing de Clauss, que le but de Kalimuendo trouve son origine, après un relais en une touche de balle de...milieu offensif congolais.

À lire aussi : Tableau de bord

Haise a ainsi résolu, le temps d'un match, une équation à laquelle bon nombres de techniciens se retrouvent confrontés : comment être maître du terrain sans être maître du jeu ? Laisser le ballon à l'adversaire sans qu'il puisse être dangereux outre mesure en contrôlant sa progression. Autrement dit l'empêcher de passer par l'axe pour ensuite ne pas le laisser ressortir des côtés."On s'est bien préparé à la possession rennaise qui est une des meilleures en la matière. A Angers, on a fait de très grosses erreurs, c'était une bonne gifle et ce samedi on a bien réagi." confie Kakuta.

Maîtres du terrain, pas forcément du jeu

L'ex entraîneur de la réserve est parti d'un constat objectif : "A la perte du ballon on n'est plus aussi compact, on a pas mis les sécurités, on a pas été bon dans le marquage offensif. Du coup il y a plus d'espace, plus de temps pour les adversaires. Et ils savent bien l'utiliser. C'est dû à la qualité de l'adversaire mais surtout à nos manques." Et a ainsi rectifier le tir avant le déplacement en Bretagne.

En étant collectivement bien positionnés, les nordistes ont alors eu la possibilité de jaillir très vite vers l'avant à la récupération et être assez efficaces pour marquer sur les quelques occasions obtenues. Une cohésion retrouvée synonyme de victoire pour le RCL. Dans cette configuration de partie.

 "Lorsque les matchs nous donnent la possession, il faut être plus solide, plus équilibré sur nos pertes de balle et les transitions de nos adversaires. L'équipe est emportée par son élan du jeu. Un peu trop parfois." Le prochain défi de Haise !


Photo de Une : butfootball.com