Header Ads

Le bonheur est dans le prêt


L'arrivée d'Arnaud Kalimuendo au RCL s'est conclue sous forme de prêt. Un moyen d'action privilégié par Lens en cette intersaison.

Le mercato Sang et Or peut permettre à un néophyte souhaitant découvrir le sujet de réviser ses gammes ! Car de l'arrivée libre (Clauss, Badé), au transfert payant (Ganago, Fofana, Médina) en passant par le prêt (Sylla, Kakuta, Farinez et Kalimuendo), Lens a tout fait. Pour une somme totale d'investissements s'élevant aux alentours de la vingtaine de millions d'euros.

« L’engagement de notre propriétaire s’est donc encore évidemment manifesté [...] je me dois de le rappeler et de l’en remercier » déclarait Arnaud Pouille en août. Car après avoir déjà investi plus de 40 millions d’euros depuis son arrivée à Lens en 2016, Joseph Oughourlian s'était engagé à en apporter 20 de plus dans les deux ans à venir.

Une explosion des prix

Mais en plus de ses investissements d'actifs, le RCL a choisi le prêt comme levier d'action sur ce mercato. Avec pas moins de quatre renforts à la clé ! "Les prix des transferts ont explosé et ils sont devenus tellement importants que les clubs sont amenés à vérifier à deux fois comment recruter, estime cet observateur spécialisé en droit du sport. "Ce sont ces montants qui imposent aux clubs ce genre de créativité pour les transferts".


Deux de ces renforts sont donc des prêts avec option d'achat à la fin de l'exercice en cours (Farinez et Sylla). "Si une option d'achat est comprise dans le deal, cela permet de tester le nouveau joueur avant de décider de l'acheter, explique cet agent de joueurs. Et ainsi de prendre moins de risque avec un transfert qui pourrait se transformer en catastrophe industrielle si la recrue n'arrivait pas à s'épanouir dans son nouvel environnement."



Le troisième possède une particularité : il est payant ! Gaël Kakuta est donc de retour chez lui grâce à un prêt facturé, assorti d'une option d'achat automatique en cas de maintien du Racing dont le montant serait de 5 millions d'euros. "Cette astuce permet de ne pas imputer un transfert à ses comptes de l'année en dispatchant ses dépenses sur tel ou tel exercice comptable. Tout sauf anodin." note cet aide-comptable en recherche d'emploi.

Une pratique qui rappelle celle du leasing, très répandu dans le secteur automobile. "Le leasing consiste en une location de voiture sur une période de 2 à 5 ans, avec la possibilité de racheter le véhicule au terme du contrat, et à un prix fixé dès la signature de celui-ci." explique ce vendeur d'une concession réputée.

Lens a la main mais pas le dernier mot

Enfin la dernière opération, la plus récente, concerne l'arrivée du buteur prolifique parisien Kalimuendo. Auteur de 30 buts en 25 apparitions l'an passé en U19 (dont un quadruplé contre Chartres), le jeune joueur a tout pour profiter de l'occasion que le 3e de L1 lui offre. "Il a montré sur les compétitions internationales de sa catégorie d'âge qu'il avait largement le niveau, voire qu'il figurait dans le haut du panier, estime Jean-Claude Giuntini, le sélectionneur de l'équipe de France des moins de 18 ans. Il a beaucoup progressé dans l'activité loin du but et dans son adresse. Il peut avoir du temps de jeu."

Des qualités détectées aussi par la direction parisienne puisque le joueur, avant son départ pour l'Artois, a paraphé une prolongation de contrat de deux années supplémentaires amenant son bail à 2024 !

Aussi, le prêt au RCL s'est fait au prix d'un montage atypique. "L'opération est assortie d'une option d'achat de plusieurs millions d'euros, évolutive en fonction des performances du joueur, ainsi que d'une priorité de rachat future pour le club de la capitale si le RCL venait à activer l'option." détaille le quotidien L'Equipe.

Les prêts, objet de combines

En clair, Lens a la main mais pas le dernier mot. "On s’aperçoit que les prêts font l’objet de combines, charge Philippe Piat, président de la FIFPro et vice-président de l’UNFP. Quand un club fait signer un joueur le 1er juillet pour le prêter le 3 juillet, ça veut dire qu’il l’a pris non pas parce qu’il en avait besoin, mais pour faire de la spéculation sur sa valeur."

Un acte sans doute dicté par les antécédents Coman, Augustin, Bernede ou plus récemment Kouassi. Des jeunes joueurs issus du crû parisien que le club n'a pas su valoriser en les intégrant à l'effectif professionnel.

Neuf recrues au total

À Lens, l'intérêt est en tout cas immédiat : enrichir une ligne offensive qui manquait de réel remplaçant à Ganago, actuellement blessé. Kalimuendo présente en effet quelques similitudes avec le buteur maison. "C’est un attaquant assez complet, il y a de la vitesse, de la qualité dans les déplacements de la profondeur dans son jeu mais pas uniquement ça. Ca fait, avec les 4 attaquants qui ont joué cette saison une rotation supplémentaire" se réjouit Haise.

À lire aussi : À la recherche du temps perdu


Le coach lensois qui "n'attendait pas dix joueurs" au cours de ce mercato a été écouté. Ses dirigeants se sont arrêtés à neuf recrues cette saison ! Voire dix si l'on compte la signature définitive de Corentin Jean...déjà prêté l'an passé.
Fourni par Blogger.