Header Ads

Une victoire sur tapis vert ?



Entériné le 11 août 2020, le protocole sanitaire de la LFP souhaite garantir au maximum le bon déroulement des matchs.


Ayant répondu favorablement à la requête du PSG, la Ligue Professionnelle de Football a choisi de reporter le match prévu entre le RCL et l’équipe finaliste de la dernière LDC. Le motif de ce choix est insoluble et les faits ont montré qu’il s’agissait d’octroyer au club de la capitale des vacances improvisées.

Cette action est passée aux yeux de tous ceux qui s’intéressent au football français comme injustifiée, jusqu’au sélectionneur de l’équipe nationale, Didier Deschamps, qui a qualifié cette décision de « gênante, surprenante et embêtante ». Elle a surtout tâché la LFP d’impartialité en la soupçonnant de favoritisme envers le tout puissant club Qatari.

La tournure des évènements qui se sont déroulés depuis n’a fait qu’amplifier cette polémique puisque plusieurs joueurs du PSG ont été testé positif à la Covid-19. Un cluster créé semble-t-il sur l’île d’Ibiza, où plusieurs joueurs, faisant fi des gestes barrières élémentaires, se sont contaminés à la chaîne.


Gestion défaillante, image désastreuse : le PSG cumule les mauvais points

Un nouveau report du match déjà reporté une première fois est depuis quelques jours évoqués, le protocole sanitaire étant clair à ce sujet. « Avant chaque match, le responsable médical devra remplir une attestation certifiant le suivi du groupe élargi (joueurs, entraîneurs et staff), qui comprendra: un examen clinique de chaque joueur et membre du staff le joueur du match démontrant l'absence de symptômes, un questionnaire rempli par chaque joueur et chaque membre du staff le jour du match démontrant l'absence de symptômes et un test PCR pour chaque joueur et membre du staff entre 72h et 48h avant le match, dans un laboratoire validé par l'Agence régionale de santé. »

Le document officiel ajoute : « Si l’équipe a plus de trois joueurs ou encadrant isolés sur huit jours glissants, le virus est considéré comme circulant dans le club ». En de telles circonstances, une commission médicale se réunit et peut décider du report de la rencontre.


À l’heure actuelle, le staff médical du club parisien a fait remonter officiellement trois cas positifs parmi son groupe professionnel. En interne, on redoute davantage de cas puisque pas moins de quatre cas contacts existent parmi les joueurs. Ils toucheraient ceux qui se sont également rendus sur l’île des Baléares.


Chaque équipe doit attester d'une surveillance médicale correcte

Un autre élément apparaît dans le protocole sanitaire. Un élément qui pourrait, dans les prochains jours, intéressés les Sang et Or, si d’aventure, la rencontre se trouvait à nouveau menacée. « Une défaite sur tapis vert est envisageable si une équipe ne peut attester d’une surveillance médicale correcte avant un match ».

Le laxisme des dirigeants parisiens dans cette affaire n’étant plus à démontrer, cette disposition juridique pourrait, qui sait, prendre du poids dans les jours à venir. La LFP, de son côté, a émis la volonté « d’ajuster le protocole sanitaire » afin de faciliter la tenue des rencontres. Le seuil de cas positifs entraînant un report pourrait ainsi être revu à la hausse.
Une problématique dont semble imperméable l’entraîneur artésien, Franck Haise, un brin philosophe. « On aurait préféré ne pas avoir la pandémie de Covid-19 et avoir le stade Bollaert plein. Ce match contre Paris, on l’aura plus tard. […]. Moi je ne verse pas dans la théorie du PSG tout-puissant ».

Son équipe, défaite en ouverture de la saison à Nice, n'a pas joué depuis le 23 août.
Fourni par Blogger.