Header Ads

Dans les starting-blocks

 

Le RCL s'est mis en ordre de marche pour entamer au mieux le nouveau championnat de L1. 

Au moment de dresser la feuille de route de l'équipe pour la saison à venir, les dirigeants Sang et Or avaient cherché à couvrir toutes les possibilités.

Réunis avec la cellule sportive dirigée par Florent Ghisolfi, le board a alors établi deux plans : un pour la L1 et un autre pour la L2. Le Covid et deux victoires plus tard, et c'est le premier plan qui rafla la mise.

Quel était-il ? "On en cherche quatre joueurs pour renforcer chaque ligne : un défenseur central, un milieu défensif à profil relayeur, un milieu plus créatif et un attaquant au profil complet" détaille Haise.

Un mercato spécial 

Avec les arrivées de Farinez, Badé, Clauss, Médina, Fofana, Kakuta, Sylla et Ganago, le coach lensois a vu le club recruter deux fois plus que prévu ! Perte de contrôle ou flexibilité ?

"On est sur un mercato spécial, rappelle Arnaud Pouille. C’est vraiment très particulier. On a un effectif cible, des recrues à réaliser et des départs à faire. On avance à un rythme normal."

Contexte particulier certes, mais la préparation a aussi fait poindre des doutes et des interrogations de fiabilité à certains postes du onze imaginé par Haise.

Quelques interrogations

Au regard des performances individuelles mais aussi et surtout des blessures constatées (Boli et Traoré), le club a ainsi choisi de se renforcer dans ses couloirs en actant le prêt de Sylla, évoluant jusqu'à présent à Toulouse. "On suivait Issiaga depuis de nombreuses semaines car il évolue à un poste sur lequel on avait quelques interrogations, confirme Haise. On s’est d’autant plus interrogés ces dernières semaines au vu des blessures."

Le coach sait que les joueurs dans les couloirs vont être énormément sollicités durant la saison dans son organisation établie en 3-5-2. Ce rôle de piston, bien connu des puristes passionnés de tactique, est en effet très exigeant. Il doit être occupé par des joueurs "capables de défendre fort en répétant les efforts, d’être bons dans les duels aériens et aussi très bons balle au pied" dixit Haise.


Autre chantier de taille, celui de l'animation offensive. Fidèle à ses idées, l'ex entraîneur de la réserve paraît se diriger vers un duo d'attaquant épaulé par un numéro dix servant de lien entre la défense et l'attaque.

À lire aussi : Kakuta, en plein cœur 


À ce poste clé, le club du bassin minier a opté pour le retour de l'enfant prodige Gaël Kakuta. Devant lui, le board a investi sur l'attaquant niçois Ignatus Ganago. Avec lequel est associé, pour le moment, Floriant Sotoca dans un rôle de point d'appui et de créateur d'espaces. "Ignatius est un joueur très complet. On croit fortement en ses qualités athlétiques et techniques. Il est capable de travailler pour l’équipe" précise Haise.

Focus sur la transition attaque-défense 

Dans la pratique, le coach est obnubilé par plusieurs idées : celle du repli défensif, celle de l'état d'esprit et celle du potentiel individuel.

Sur ce dernier point, sa méthode s'avère particulière. Lens a en effet doublé ses rencontres amicales afin d'aligner deux équipes différentes. À chaque fois, la composition des groupes était hiérarchique "À tous ceux qui ne sont pas dans ce noyau dur de tout faire pour y entrer ! s'emporte le coach. Sur les matchs, la hiérarchie est très claire. Si on commence à lâcher, parce qu’on est pas dans l’équipe A du jour, mais plutôt dans l’équipe A bis, c’est qu’on n’a pas compris qu’il faudra un groupe costaud pour aller chercher le maintien. Je pense que ce sont simplement des moments de doute pour certains."


Autre aspect travaillé, la transition attaque-défense, qui selon Haise, conditionne beaucoup de bons résultats en L1. Il souhaite ainsi que son équipe face bloc à la perte de balle, des joueurs de pointe jusqu'aux derniers défenseurs.

Il a donc beaucoup axé son énergie sur le repli collectif, avec trois principes distincts : le repli ciblant le porteur du ballon, celui ciblant les non porteurs et enfin celui s'effectuant selon des trajectoires. Les maîtres mots sont ainsi "harceler", "dissuader", "fermer" ou encore "intercepter".

Cette stratégie va, de fait, porter son équipe à evoluer assez loin de la ligne de but adverse. En tout cas dans un premier temps. Mais Haise ne s'en offusque pas et prévient malgré tout que ses joueurs devront se montrer ambitieux et exploiter toutes les opportunités. "Le club a fait une seule saison en première division depuis dix ans. Ce qui nous oblige à avoir beaucoup d'humilité. Et ne nous empêche pas de montrer le Lens qu'on attend tous. Une équipe généreuse, qui ne renonce pas, avec un état d'esprit. Portée vers l'avant quand c'est possible. L'ADN du club, c'est le dépassement."

En attente d'impact

Dans ce cadre, Lens s'apprête à accueillir un renfort de poids pour lui offrir de l'impact au milieu de terrain. Il devrait s'agir du joueur de l'Udinese, Fofana. Là encore, le profil coche toutes les cases recherchées : athlétique, puissant, généreux dans les efforts, état d'esprit irréprochable. Comme pour Sylla, Kakuta et Ganago, Fofana a aussi une expérience du haut niveau.

De quoi être efficace, une autre idée fixe du coach lensois. "J'espère juste que l'équipe aura des résultats. Mais je n'envisage aucune opération séduction. Je veux bien travailler et mettre des moyens en place. Je vais essayer de rester le plus authentique, même en L1."

Les Sang et Or entameront leur saison à Nice (huis clos) avant d'accueillir le PSG. 



Photos : france3.fr , lesviolets.com
Fourni par Blogger.