Header Ads

Prise de pouvoir


Devenir leader après 13 journées de championnat n'est pas le fruit du hasard. Et ce n'est pas anodin.

Les individus que nous sommes faisons l'expérience de deux sortes de statuts : ceux qui sont prescrits et assignés, tels que le sexe et l'âge, et ceux qui sont acquis et auxquels nous accédons plus ou moins par nos propres moyens.

Celui de leader du championnat de L2, les hommes de Montanier l'ont construit depuis la date de reprise de la saison. Bien que prématuré au vu du nombre de matches restant à disputer, ce statut, qui ne doit rien au hasard, va modifier énormément de choses au sein même du club comme dans l'environnement qui gravite autour de ce dernier. Car selon le sociologue Jean Stoetzel "Le statut correspond à l'ensemble des comportements à quoi l'homme qui l'acquiert peut s'attendre légitimement de la part des autres". Il ajoute aussi que "L'individu s'identifie à son statut car il est un élément de la conscience de soi".


Lens, déjà vu comme le leader mais pas sportivement. 

En clair donc, le comportement des joueurs va s'en trouver modifié, de même que celui des adversaires. Pour ces derniers, Lens était déjà le leader sur plusieurs plans : budgétaire, économique, attrait sportif, ferveur populaire ou encore place historique dans le foot français. Ceci étant, les résultats sportifs et la maturité des joueurs ne permettaient pas au Racing de se placer en phase avec ses ambitions. De cette faille, les concurrents des Sang et Or ont largement profité, faisant très souvent passer les Artésiens pour les favoris en sachant que ceux-ci ne savaient tenir ce rôle. Car le rôle est un ensemble d'exigences qu'il n'est pas toujours aisé d'assumer. 


Cette ambiguïté a pris fin hier "On sent une sorte de sérénité qui nous accompagne" confie à ce propos Guillaume Gillet. Il est suivi de son compère du milieu Yannick Cahuzac "On avance avec sérénité. La tête à Rodez !". D'oser ainsi se projeter sur le prochain match n'est pas anodin.

Car Lens ira donc dans l'Aveyron avec l'étiquette de leader du championnat. Les paroles de l'ex-toulousain démontrent de fait plusieurs choses : primo, le RCL ne se cache plus (s'est-il déjà dissimulé d'ailleurs ?). Secundo, cette première place ne génère pas d'euphorie particulière en interne, elle ne semble être qu'une étape dans le parcours serein de l'atteinte d'un but. Tertio, l'objectif présidentiel du début de saison ("Cette année, Lens doit monter en L1") a bien eu l'effet escompté. Plutôt que d'effrayer ou de mettre sous pression, il a donné sens à toute la démarche d'un club. Cette articulation de toute une structure offre une force tranquille au lensois ainsi qu'un souci de perfection élevé "Je suis très content, mais on reste sur trois matches moyens" livrait Montanier, totalement raccord.


Deux réactions au statut de leader : crainte et motivation. 


Dès la prochaine rencontre, le comportement des adversaires du Racing va donc changer. Le statut de leader impose en effet deux réactions ambivalentes : la crainte d'affronter mieux classé que soi mais aussi la motivation de pouvoir faire tomber celui qui se trouve au sommet. Car soyons clair, la position au classement du RCL est celle que bien des équipes convoitent. Une perspective qui ne semble pas angoisser les Artésiens. JL Leca, décisif depuis plusieurs matches, donne sa recette pour faire face "Il ne faut pas surjouer, seulement être juste au bon moment".

Le capitaine belge Guillaume Gillet préfère lui relativiser "Nous sommes en haut du classement. Nous préférons y rester mais ce n’est pas une fin en soi, d’autres équipes ont le même nombre de points. C’est trop tôt, mais ce genre de victoire fait du bien". Il est appuyé par son coach : "Nous sommes leaders, mais nous sommes trois équipes à égalité de points. Je trouve que nous ne sommes pas vraiment leaders. Après il en faut un, alors on trouve des choses pour nous départager".


Une façon de rappeler à tout le monde que son équipe est certes à sa place mais qu'elle ne survole pas la division en termes de qualités techniques ou d'efficacité. Selon Montanier, Lens a d'autres points forts "La mentalité et l'état d'esprit". Un aspect qu'avait pointé le board lorsque celui-ci a esquissé les contours de ce qu'allait être l'effectif partant à la conquête du graal "On a suivi un fil conducteur d’amener du caractère et de la maturité, confiait Arnaud Pouille. Ça devrait porter ses fruits, maintenant c’est une dynamique de groupe. Ce n’est pas en criant dans la presse qu’on veut monter qu’on va y arriver. C’est aux joueurs de construire leur histoire et de progresser".

Si l'on s'aventure à lire le bouddha, l'on peut découvrir ce genre d'idées : "Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec celles-ci nous bâtissons notre monde." Humbles, sereins et lucides sur les défauts qu'ils leur restent à gommer, les Sang et Or ne se pensent pas moins en leaders depuis hier. De quoi bâtir un monde qui mène à l'élite. 
Fourni par Blogger.