Header Ads

Éloge du groupe


Le RCL a bâti cette saison plus qu’une équipe, il a fondé un groupe. 


En définissant clairement et de manière anticipée l’objectif du club, il a permis à chaque individu de trouver sa place dans cette dynamique commune au collectif tout en donnant sens aux efforts et aux frustrations de chacun que génère la réalisation de cette démarche au quotidien. 

Un homme est à la base du fonctionnement de toute cette mécanique, il s’agit de l’entraîneur Philippe Montanier qui confiait d’ailleurs être "sensible à la notion de groupe, mais pas d’équipe". Pour ce faire, il a décliné l’objectif présidentiel annoncé par Joseph Oughourlian cet été "Cette année Lens doit monter en L1", en objectifs de jeu et de comportement.

S’agissant du jeu, il a usé d’un outil principal, à savoir le positionnement tactique de ses joueurs "La tactique, c’est l’art de l’action de chaque joueur afin d’atteindre un objectif, explique Christian Gourcuff à ce sujet. Un objectif de jeu avant celui de résultat". Aussi, la défense à trois s’est imposée et depuis, les Sang et Or n’ont plus perdu. Ce système a permis au leader du championnat de trouver un équilibre dans le jeu sans ballon, fondement de sa solidité.


Clairement, les points forts des lensois se trouvent là : l’impact physique, le contre pressing organisé par les deux milieux expérimentés que sont Cahuzac ou Gillet, ou encore la maîtrise des espaces (largeur ou profondeur) grâce notamment aux deux latéraux et aux trois centraux "Nous avons une progression satisfaisante par rapport à la saison dernière ainsi qu’un socle défensif, note PM. Mais j’aspire à ce que nous ayons une meilleure maîtrise technique". Car oui, l’équilibre en possession du ballon est, en revanche, encore à parfaire. De même que l’efficacité devant le but. Un objectif à court terme érigé par le technicien lensois à ses hommes "Moi, je parle toujours d’objectif de jeu et ne comprends pas ceux de résultats. En améliorant le jeu, on améliore les résultats".

Chaque joueur adhère au projet. 

Tous ces principes tactiques, essentiels dans l’atteinte des objectifs de jeu, permettent aussi la cohésion et l’unité d’une équipe, ce que confirme Gourcuff, encore lui : "Les principes de jeu sont traduits par des principes tactiques. Ces derniers fondent l’équipe car celle-ci, afin de les appliquer doit être unifiée. Unité de pensée puis unité d’action dans laquelle chaque joueur connaît son rôle et celui de ses partenaires".

Une harmonie d’équipe que Montanier élargit au groupe que compose la totalité de son effectif. À cet effet, les dirigeants avaient souhaité lui offrir une certaine stabilité entre la saison dernière et l’actuelle. Un souhait difficile à tenir en fin de mercato "Le message qui a été affirmé après les barrages était d’essayer de garder une stabilité de groupe sauf offre. On aurait dû préciser également sauf envie de départ des joueurs" nuance Arnaud Pouille. L’essentiel, pour lui, est que "chaque joueur adhère au projet".


Néanmoins, dans le management quotidien, tout n’est parfois pas aussi limpide. Ex-joueur professionnel, Montanier en a parfaitement conscience et a axé sa communication sur la notion de groupe plus que sur celle d’équipe depuis le tout début de la saison "J’ai la chance d’avoir un groupe de qualité, pas seulement onze joueurs. Ce n’est pas simple car même les joueurs qui ne sont pas dans le groupe pourraient être titulaires".

Une bonne gestion qui a permis au Racing, dans certains matches, de voir ses remplaçant faire la décision, car entrant avec le bon état d'esprit "Le gros avantage, c’est le banc de touche. Pour revenir au score ou pour être plus costaud défensivement nous avons du monde. On sait que le onze de départ a une certaine stabilité mais les entrants sont tout aussi déterminants." avoue Montanier. Toute cette communication positive permet de maintenir la dynamique du groupe. Les bons résultats aident aussi en ce sens. Autre point fondamental : la concurrence seine instaurée par l'entraîneur "Je veux utiliser la qualité et la quantité à ma disposition. En fonction de la forme du moment de chaque joueur, de l'adversaire, de la stratégie, je compte puiser dans les caractéristiques de mon effectif ". On trouve l'application concrète de ce principe, par exemple, contre Sochaux où Banza a été préféré à Mauricio sur le front de l'attaque. Il en a d'ailleurs profité pour marquer !


La richesse de l’effectif (illustrée ci-dessus), qui peut parfois devenir un problème dans certains clubs, est une force dans l’Artois que le staff n’hésite pas à valoriser, par sa communication, sa bonne identification des objectifs de jeu et de résultats et par sa bonne évolution tactique "Le groupe se sent costaud" témoigne, en forme de conclusion, Montanier. Une affirmation qui appellera cependant à la prudence tous ceux qui se souviennent de cette citation de Flaubert "Il faut pourtant que la critique se mêle toujours à l'éloge, le serpent aux fleurs, l'épine aux roses et la vérole au cul."
Fourni par Blogger.