Header Ads

En quête de modération


Le RCL se méfie de l'expression que peut porter une tendance. 

Portés par une série de cinq rencontres consécutives sans défaite et un total de treize points glanés sur 15 possibles, les Sang et Or tiennent malgré tout à garder la tête froide, rappelant que "le chemin est encore long". 

Car même si l’entraîneur Philippe Montanier rappelle à qui veut bien l’entendre que "le classement, bien qu’anecdotique, donne de la confiance au groupe et montre la voie", il s’avère en réalité que plus que les victoires c’est bien leur contenu et le contexte dans lequel elles ont été obtenues qui compte davantage. "Au niveau des résultats, la tendance est bonne." analyse Arnaud Pouille, le Directeur Général du RCL "Nous avons gagné des matches que l’on ne gagnait pas la saison dernière mais le plus gros du boulot est devant nous".


Cet exercice accompli par le DG artésien porte un nom : la pondération. En pratique, il s’agit d’attribuer un poids différent, sous forme de coefficient, à des données en fonction des divers critères qui rendent compte de l’importance relative de chacun des éléments selon le niveau de performance attendu et l’objectif à atteindre "Dans le détail, nous avons cinq victoires contre des équipes classées de 16 à 20, plus une contre Guingamp qui n’était pas très bien en ce début de saison" précise en ce sens, Pouille. "C’est encore trop peu pour être complètement rassurés mais cela reste des victoires !". Ici, donc, si l'on pondère, des succès devant des équipes mal classées pèsent moins lourds que ceux obtenus devant les cadors du championnat. 

Le but n’est pas tant de dévaloriser ce qui a été acquis que de l’inscrire dans une perspective de temps long et de régularité, laquelle s’avère indispensable à tout espoir de montée au printemps prochain. En effet, Lens n’a pas oublié la saison dernière où, après un départ quasi parfait ponctué par un festival offensif devant Ajaccio lors de la onzième journée, il avait plongé dans une série de trois défaites consécutives, brisant de nombreuses certitudes et la dynamique de groupe construite jusqu’à alors "Là où chacun faisait un peu plus que son travail, chacun fait désormais un peu moins." commentait à l’époque un Philippe Montanier.


Ce devoir de pondération s’inscrit dans une méthode de gestion de la qualité plus globale, mise en place à l’intersaison par le board. Elle s’appuie sur la célèbre roue de Deming qui est une transposition graphique de la démarche d’amélioration continue. Synthétiquement, il s’articule autour de quatre étapes, chacune entraînant l’autre : préparer, réaliser, contrôler, ajuster. Ce cycle a une utilité principale : transformer une idée en action et l’action en connaissance. 

On a suivi un fil conducteur. 

En abordant son organisation du point de vue de ses flux d’informations et de connaissances, l’on ne cesse d’apprendre de soi pour s’améliorer et on établit un cercle vertueux. "Il y a eu plus de changements que ce que l’on imaginait" admet Pouille avant de livrer le cheminement des réflexions qui a nourri le processus d’amélioration "On a suivi un fil conducteur, celui d’amener du caractère et de la maturité. Ça devrait porter ses fruits."

Dans l’esprit du dirigeant artésien, l’idée est de renforcer les forces mentales de l’effectif, lesquelles on, selon lui, fait clairement défaut l’an dernier, lorsque le club était balloté par des résultats en deçà des attentes, des contenus de matches pas au niveau ou un contexte social fragilisé par le PSE démarré à l’automne 2018 "L’année dernière on laissait des points, comme lors de cette défaite pénible face au Red Star. J’espère que l’apport de maturité permettra de d’éviter cela et de traverser sereinement les moments compliqués, comme ceux vécus en août."


Toutefois, malgré toutes les méthodes d’optimisation déployées sur de nombreux items (organisation, management, gestion) permettant au RCL d’être en bonne santé sur de nombreux indicateurs, le Directeur Général tient à rappeler l’essentiel : "C’est aux joueurs de construire leur histoire et de progresser ! Ce n’est pas en le criant dans la presse que l’on monte."

Une façon de maintenir la pression sur le groupe en le responsabilisant au maximum, et en donnant du sens à chacune de ses actions. Pythagore disait "Soyez modéré en tout, même en modération". Un aphorisme que tous les amoureux du Racing pourraient garder à l'esprit. 
Fourni par Blogger.