Dernières nouvelles

Management par objectif


En affirmant, que cette année "Lens doit monter en Ligue 1", Joseph Oughourlian a amorcé un changement de management. 

Introduction de la notion d'objectif 


La définition d’objectif et la mesure de leur réalisation contribue au développement de la performance de l’entreprise. Mais très souvent, la mesure des réalisations est réalisée à postériori, c'est-à-dire que l’on constate le résultat sans, bien évidemment pouvoir agir sur ce qui s’est passé. On reconnait ce qui a été fait ou ce qui aurait du être fait. Ainsi, Joseph Oughourlian admettait : "On a eu une très belle saison, on est allés le plus loin possible. Je préfère en garder les grands moments de joie. Cette année on va faire encore mieux." 

L'actionnaire principal, par ces mots, passe  donc d'un mode réactif à un mode proactif. La transition s'appelle la démarche d'amélioration continue, démarche déjà évoquée ici-même "On a regardé les clubs qui montaient, les stats, ce qui nous manquait pour monter. Du leadership, de la maturité… On a vu aussi que Valenciennes a marqué 60 buts, on s’est demandé si on ne pouvait pas faire venir des joueurs." explique Pouille. Tout est là : analyse des résultats, benchmark, stats, objectifs, projections, plan d'actions, suivi et amélioration. "Le challenge était de réorganiser le club. Ce n’était un secret pour personne, nous étions en surcharge opérationnelle. On s’était fixés de faire passer le budget de 41 millions à 37 puis 34,5. On l’a fait. Nous avions besoin de gagner en efficacité. Nous avons pu aussi augmenter la masse salariale à 8 millions d’euros, la plus haute depuis que je suis au club, avec des possibilités pour recruter. L’effort est fait, maintenant, on peut se projeter vers des choses plus positives." complète le directeur général pour étayer sa démonstration.


Les choses plus positives de cette démarche doivent, selon le board, permettre au RCL de davantage faire face à son statut particulier "Si on avait pas l'équipe qu'on a, je n'oserais pas le dire mais on a des hommes structurés donc je n'ai pas peur de les crisper." avouait d'ailleurs le propriétaire du club.

Les objectifs ont plusieurs vertus : ils donnent du sens à l’action ; ils permettent de partager un but commun, dans ce sens ils constituent un des socles de la dynamique de groupe ; ils définissent la part contributive attendue de chacun à l’atteinte de l’objectif global ; ils fixent précisément le but à atteindre, s’ils sont associés à des indicateurs ; ils permettent une mesure objective, car factuelle, des résultats. Enfin, les objectifs permettent une projection mobilisatrice d’énergie puisque "maintenant que je sais ce que l’on attend de moi, je peux me projeter pour savoir ce que je dois faire …"

Idée reçue : les objectifs sont sources de stress, car ils servent essentiellement à "mettre la pression".


Nous ne parlons pas de ces objectifs qui, effectivement par leur manque de réalisme, servent à générer du mauvais stress. Nous parlons des objectifs qui, au contraire, réduisent le mauvais stress, en précisant clairement les attendus de l’entreprise, du manager ou du projet. Les objectifs sont aussi des sources de motivation car ils servent à donner du sens au travail, à la mission et ils stimulent l’engagement des collaborateurs si :
- les actions demandées sont cohérentes avec la mission et présentées positivement ;
- les conditions de réalisation sont réalistes et propices à l’épanouissement ;
- les résultats et/ou les efforts sont reconnues.

En revanche, si le joueur perçoit l’objectif comme un « non sens », il est probable, d’une part, qu’il ne s’investisse pas dans la réalisation de l’objectif (et plus généralement dans son travail) et, que d’autre part, son état psychologique se dégrade en entrant progressivement dans un cercle vicieux (perte de sens et non sens). Les joueurs ont besoin d’être sécurisés, de se sentir utile, de comprendre ce que l’on attend d’eux et d’être reconnu dans leur rôle de membre contributif de l’équipe : "Vous êtes nos guerriers, vous nous représentez et décidez de notre sort" s'est ainsi adressé le boss lensois aux joueurs.

Les objectifs (stratégique, opérationnel, résultat, performance, activité, moyen, développement…) sont souvent mal formulés car davantage proche d’un but voire d’une intention : augmenter les ventes, augmenter la productivité, augmenter la satisfaction, développer son autonomie, développer ses capacités relationnelles ne sont pas des objectifs. Il manque à chacun de ces buts, des indicateurs pertinents de types quantitatifs (combien) et « temporels » (quand). Un objectif doit être spécifique, mesurable, ambitieux, réaliste et délimité dans le temps. Oughourlian a, lui, déjoué tous ces pièges, avec un énoncé simple : "Cette année (indicateur temporel), Lens doit monter en Ligue 1 (indicateur qualitatif)".