Header Ads

Il n'y aura pas d'échec, mais une tentative


Approche globale cognitive, émotionnelle et somatique pour Lens-Dijon (1-1).


Au surlendemain de la rencontre aller du barrage d'accession disputée dans la poudrière de Bollaert-Delelis entre Lens et Dijon (1-1), nombreux sont encore à s'interroger si le RCL a réussi son match et obtenu un bon résultat. Nous vous proposons donc une approche particulière afin d'émettre un début de réponse.

Il s’agit d’une approche globale qui prend en compte le cognitif, l’émotionnel et le somatique. Elle part du principe que pour favoriser la réussite, il faut ainsi privilégier l'alignement tête-cœur-corps. De celui-ci naîtrait la fluidité de nos mouvements, une haute énergie physique et une clarté mentale permettant de faire face à chaque aléa d'une situation donnée "On garde nos chances intactes. Sur le but, on est un peu trop ouverts, on est victime de notre allant. On est en ballottage défavorable mais c'est une position à laquelle on est habitués. Il n'y a pas de problème. Les deux prolongations de la semaine dernière ont pesé forcément un peu, mais j'ai trouvé mon équipe avec beaucoup de générosité" notait d'ailleurs Philippe Montanier.

Les sang et or paraissent donc avoir trouvé au meilleur moment de la saison leur alignement providentiel. Et comment ? Il est la résultante de facteurs multiples dont nous établissons une liste non exhaustive : bonne gestion du groupe (voir l'article Montanier ou le créateur d'un lien d'appartenance), assise financière et économique de l'entité Racing assainie, lien avec les supporters revigoré, objectifs clairs, préparation physique optimale, intelligence émotionnelle développée et ambition portée sur les ressources propres au club et non pas sur celles, extérieures, dépendantes de quelconque résultats.


Au final, les lensois semblent atteint d'une sérénité à toute épreuve et ont donc la joie de pouvoir savourer ces moments : "Il y a une énergie qui circule dans l'équipe et donne ce supplément d'âme qui permet de se dépasser. On est un groupe, pas juste une équipe. On joue libéré depuis qu'on est en Play-offs" avouait même le technicien Artésien.

Qu'en sera-t-il dimanche ? Gageons que le RCL ne verra pas le résultat final comme l'unique indicateur de sa réussite. Il cherchera à retrouver, une dernière fois, cet équilibre dans son alignement tête-cœur-corps, celui-là même qui l'a maintenu à flots jusque là. Cette alliance sacrée de l'émotionnel, du mental et du physique sera-t-elle suffisante pour se retrouver dans l'élite dès la saison prochaine ? Rien n'est moins sûr, elle permettra, tout de même, de voir ces barrages non comme un échec mais comme une tentative. Et l'on en sort toujours renforcé.

Fourni par Blogger.