Header Ads

Lens délaisse le mouvement pour l'action



Août s’en est allé, refermant avec lui une période particulièrement dense pour le club de l’Artois
qui a su renouveler, la majeure partie de son effectif professionnel, en plus d'avoir réinventé sa façon de fonctionner et de penser. 

Colossal – À l’origine, l’exécution et à la conclusion de ce processus de refonte, se trouve Éric Roy, nommé à l’automne dernier Directeur sportif (le 30/09/17), et dont l’activité au sein du Racing n'a cessée depuis de s’amplifier. Aussi, après quelques actions "correctives" effectuées cet hiver (recrues, départs d’indésirables), le nouvel homme fort de l’organisation lensoise a procédé, en lien avec l’entraîneur Philippe Montanier, lui aussi fraîchement nommé (juin 2018), a un très important renouvellement des rangs sang et or. Si bien, qu’entre les départs (22) et les mises à l’écart (2), c’est 71% de l’effectif ayant pris part aux matches de la saison dernière qui a été modifié. « On a effectué un travail colossal » admet d’ailleurs Roy.

Parmi ces 22 départs, 5 joueurs atteignent ou dépassent les 25 apparitions en championnat lors de l'exercice précédent. Les autres portent sur des joueurs en bout de course (Gerard, Cvetinovic), fin de contrat (Lopez, Fofana) à forte côte financière (Bianda), en situation difficile vis à vis des supporters ou du club (Zoubir, Douchez), n'entrant plus dans les plans (Koukou, Ephestion, Lendric), en fin de prêt (Chantôme, Gersbach, Hafez), ou en recherche de temps de jeu (Carlier, Beghin, Gomel).

Parmi, donc, les dix joueurs les plus utilisés l'an passé, cinq sont partis, deux sont blessés, un est devenu gardien remplaçant, tandis que deux, seulement, entrent dans la rotation de l'équipe. Cela illustre particulièrement la volonté de "table rase" portée par Éric Roy, et incarnée jusqu'à la symbolique du départ de Gervais Martel en fin de saison dernière.

Des cadres, déclassés.

Moyen terme – En contrebalance de tous ces départs, le RCL a enregistré un total de 14 arrivées cet été, rendues possibles par l'usage des différents moyens d'acquisition possibles dans le football : transferts payants, prêts, joueurs libres. Des joueurs venus d’horizons bien différents mais dont le point commun, dixit le manager sportif est « d’avoir une bonne mentalité et une volonté de travailler et progresser ».

Le point fondamental à retenir, concernant ces renforts, est qu’ils s’inscrivent dans un projet à moyen, voire long terme « Tous les joueurs qu’on a pris, et notamment ceux achetés, on peut se projeter avec. Par exemple, on a reconstruit une défense complète qui, si on a la chance de monter, pourra évoluer à l’échelon supérieur » souligne Roy. Cela peut paraître anecdotique, mais c’est essentiel pour comprendre le changement profond ayant cours au Racing. Il [le club] n’est plus dans la correction permanente de ses propres errements, ni dans le contrepied systématique des erreurs reconnues qui en générait d'autres, de remise d'église au cœur du village ou dans le besoin d'anciennes gloires dans l'organigramme comme caution de valeurs qui perdurent, non, il est l’acteur de son évolution, et agit en fonction. Il a su recréer son propre fil conducteur, et y puiser une cohérence d'action et de pensée. Il a refondé de nouvelles valeurs, moins dans leur affirmation perpétuelle que dans la volonté de les faire vivre plus simplement. Le club a mis fin au mouvement qui le caractérisait, il a pris part à l'action !

Gomis, nouveau buteur du Racing.

Traduction sportive – Après quatre succès en autant de journées de championnat, offrant aux supporters et amoureux du club, un contraste avec la saison passée plus saisissant encore que la simple refonte d'un paradigme ou d'une vision, Lens a vu son déplacement à Béziers reporté, lui conférant donc un match en retard, avant de s’incliner, sur la pelouse du leader Messin (2-0). Ces deux évènements, ont, très légèrement, « défiguré » le bel été des Artésiens, laissant les quelques clubs poursuivants, revenir plus à hauteur. Toutefois, Montanier et Roy s’accordent pour dire que « le bilan sportif attendra ». Pour l'heure, il s'agit de savourer le devoir accompli, celui de remettre à l'endroit un club qui marchait sur la tête depuis de nombreuses années. Car chaque temps est précieux dans la construction d'une réussite. Celui d'apprécier ce qui fut correctement accompli jusqu'à présent, permet de pouvoir affronter tout ce qu'il reste à faire, avec la même force et la même volonté. Gageons que tout le club raisonne ainsi.


Sources : propos recueillis sur la VDN ou le site officiel. Photo de France Football. Le graphique et l'illustration sont issus de la création du site lensabsolu.com. 
Fourni par Blogger.