Header Ads

Logique de construction



Le RCL appliqué cette saison les principes qu’il a lui-même érigés (travail, générosité, solidarité).
C’est la cohérence de son action que ce classement, pour le moment anecdotique, met en lumière.

Idée directrice - La phrase la plus importante de ce début de saison a été prononcée par le nouvel entraîneur lensois, Philippe Montanier, courant juin, phrase que nous avions déjà évoquée sur ce blog (voir « transmutation de la matière ») : « En fait, la L1 n’est pas un objectif mais ce sera plutôt une conséquence. On s’attelle d’abord à bien travailler ensemble, à être performant sur les plans défensifs et offensifs. Ce sera la suite logique de nos performances qui nous conduira en L1». Les quatre victoires initiales en championnat ne sont en fait que la résultante de ce nouveau logiciel de pensée dont s’est doté le Racing.

Exit la loterie, le quitte ou double et les coups de poker, exit la vente de rêves déchus, les repentances et les phrases creuses « Marteliennes » du style « tout est possible en football » ou encore « y’a rien qui va mal ». Voici venu le temps lent de la construction : d’abord les fondations, incarnées ici par le positionnement de l’Humain au cœur du projet, mais aussi par la méthode employée depuis la reprise : préparation physique intense, développement de l’esprit collectif et travail tactique et psychologique sur la volonté de défendre ensemble. Montanier l’a su assez vite : si la base de l’édifice est solide, son sommet peut s’élever encore plus haut.

Montanier, c'est d'abord une certaine idée du football.

Travail de fond - La réussite actuelle tient aussi au véritable audit de l’entité RCL, réalisé en amont, par le duo Roy-Pouille, appuyé par le propriétaire Joseph Oughourlian dont l’objectif a toujours été de positionner le Racing « dans un parcours soutenable financièrement ». Après avoir colmaté les brèches béantes creusées par l’équipe dirigeante précédente, en assurant, notamment le maintien sportif et en réduisant la voilure financière, les Directeurs Général et Sportif se sont donc attelés à bien préparer cette saison. Pour cela, un constat objectif et clair devait être établi. Des choix forts en sont ressortis : mise à retrait totale de Gervais Martel, fin de mission de Sikora et son staff, vente ou résiliation de joueurs (Bianda, Zoubir, Douchez, Cristian, etc...). Tout a été revu et repensé, jusqu’à l’équipementier. Par ailleurs, les recrues choisies l'ont toutes été selon un "cahier des charges" clair et précis : état d'esprit, expérience, connaissance du championnat, respect du contexte. Enfin, le nouvel entraîneur, par son envergure et la qualité de son discours et de ses idées, échappe même, jusqu'à présent, à la comparaison avec l’ancien, pourtant figure légendaire du club, réussissant le pari de "réconcilier" devant l'évidence les pros et les antis Sikora.

L'origine du bon parcours lensois : un trio complémentaire.

Style de jeu adapté - Bien qu’il se soit refusé, au départ, à parler de jeu, préférant axer sa communication sur « le projet de vie » qu’il tenait à développer, Philippe Montanier n’est pourtant pas en reste en termes d’apports tactiques et techniques « le projet de jeu, on l’adapte à la division » déclarait l’intéressé lors de sa prise de poste. À la vue des chiffres de son équipe issus des 4 premiers matches, on remarque volontiers que le jeu de possession est bel et bien terminé au RCL. Lors de 3 rencontres, les Artésiens n’ont pas eu le dessus dans ce domaine. Au contraire du nombre de tirs tentés, toujours supérieurs à celui de leurs adversaires. On peut ainsi parler de jeu de transition, célèbre depuis que la France l’eut pratiqué au dernier mondial. D’autant plus que le nombre de passes tentées est lui inférieur à l’équipe adverse dans 3 cas sur 4. En résumé, moins de passes donc moins de possession, mais plus de projections vers l’avant donc davantage de tirs. Ajoutez à cette recette une défense imperméable empêchant la mise en position favorable des attaquants adverses (seulement 4 tirs cadrés concédés), et vous avez le profil du onze lensois de ce début de saison.

Les chiffres intéressants des 4 premiers matches en L2.

Pour être clair : 
  • Idée directrice cohérente qui irrigue toutes les actions du club
  • Travail de fond opéré sur la structure et l’organisation ainsi que la recherche d’une amélioration continue par les dirigeants
  • Style de jeu adapté à la division, aux joueurs en place et aux recrues choisies, selon leurs qualités et leurs défauts 

La check-list du RCL paraît sans faute. Le club entier semble avoir enfin compris que le chemin du succès est toujours en construction, et il agit donc en conséquence. Pourvu que ça dure. 
Fourni par Blogger.