Header Ads

Transmutation de la matière


Le RCL aborde cette nouvelle saison avec un esprit, une organisation, un staff et un effectif renouvelés, tout en restant fidèle à ses valeurs, qu'il a placées au cœur de son process d'actions et du nouveau paradigme qu'il utilise.


La saison dernière fut telle, que le club de l'Artois a tenu a en effacer toute trace visible. Mieux, la stratégie actuelle peut se lire comme un parfait opposé de celle qui s'est faite autrefois : recrues locales type L2/ achats exotiques ; entraîneur renommé et international / homme d'un club ; recrutement anticipé / achats compulsifs du 31 août ; ambition proclamée / discrétion et humilité.

Avec un budget conséquent, l'un des plus gros du championnat, le RCL se doit de tenir le rang que lui prêtent les observateurs, à savoir, un des premiers "Vous savez, un succès, cela se construit plus que cela se programme. Alors, avant de parler jeu, parlons travail, générosité et humilité." tient à rappeler Montanier. Un discours dans lequel abonde le Directeur Sportif, Éric Roy "Une équipe monte avec un état d'esprit."

Le club se veut transparent. Avant de vendre du rêve, offrons du concret. Travaillons la matière. Améliorons le présent. Trouvons un équilibre et une sérénité dans tous les aspects maîtrisables. Le reste suivra. Montanier, encore : "Il faut faire attention aux chiffres annoncés. Lens, c'est la générosité, la solidarité et le travail. On va essayer de reproduire ça en match."

Le duo chargé du projet sportif.

Une modestie qui tend à inquiéter certains amoureux du Racing, notamment la faiblesse supposée de l'effectif actuel. Une inquiétude que le coach entend : "On a quatorze joueurs, plus huit qui ont moins de vingt ans. Il nous manque trois ou quatre éléments dans le secteur offensif et au milieu. On est dans la construction plutôt que dans l'exploitation de l'effectif."

Une perche tendue à la cellule recrutement et à Roy, Responsable de la politique sportive des Sang et Or. Lequel répond : "Un gros travail de fond a été fait. C'est un chantier énorme. On cherche à se renforcer dans toutes les lignes." Pour autant, Montanier reste réaliste et compréhensif "On fait avec la réalité du marché. Cela dit, on prépare la saison en sachant que d'autres joueurs vont arriver. Ce n'est pas évident." Rappelons que l'an passé, le RCL avait en partie raté son mercato, avec notamment, le départ en janvier, de quatre joueurs pourtant arrivés en août. Un flop qui a marqué les dirigeants Sang et Or qui se veulent prudents cette fois-ci.

Aussi, Lens compte, dans son onze type, six nouveaux joueurs dont cinq à vocation défensive. Neuvième défense l'an dernier (1,29 but encaissés par match), ce secteur a été totalement repensé, gardien compris. Cependant, alors que l'équipe ne possédait que la 14e attaque (12 rencontres sans marquer l'an passé), les arrivées en attaque se font plutôt rares. Seul Yannick Gomis, buteur d'Orléans, a rejoint les rangs lensois. En préparation, une place importante a été faite aux jeunes Gomel, Chouiar ou Bari.

Le coach se veut confiant.
Lens a certes changé en profondeur (philosophie, organisation, structure, finances), et ces choix forts agiront forcément sur la surface, à savoir, les résultats sportifs. Ceci étant, le manque d'arguments offensifs inquiète, d'autant plus que le début de saison revêt une importance capitale pour le club, au sein duquel le fantôme des sept défaites initiales rôde encore. L'équipe évoluera donc dans un climat incertain cet été. Comme dit Edgar Morin "la connaissance progresse en intégrant en elle l'incertitude, non en l'exorcisant." Tout un programme pour le RCL.


(sources : photos et citations du site officiel rclens.fr)
Fourni par Blogger.