Header Ads

Montanier, l'ambition nouvelle


Le Racing vient d'annoncer la nomination de Philippe Montanier à la tête de l'équipe professionnelle
pour les deux années à venir, plus une supplémentaire en option. Un choix qui « adhère pleinement au nouveau projet du club » dixit Arnaud Pouille.

Plus que d'un nouveau projet comme l'a évoqué le DG lensois, parlons d'une nouvelle ambition. Froide, détachée, rationnelle, maîtrisée. Celle d'assainir le club financièrement, en le dotant de bases solides, puis de lui offrir la possibilité sportive d'accéder, à nouveau, à l'élite. Et ce, en ne misant d'aucune façon, sur des coups de poker ou une vision à quitte ou double. L'actionnaire principal, propriétaire du club, Joseph Oughourlian avait prévenu : « On est très ambitieux pour Lens. Il ne faut pas seulement se concentrer sur l'équipe, mais renforcer les bastions. Le but est l'autosuffisance à moyen terme ». Avec ce choix, celui de l'éviction de Siko', et ceux opérés à l'automne dernier (restructuration de l'organigramme avec l'apport de Roy au poste de DS), les paroles ont aujourd'hui des actes. La dynamique est enclenchée.

Contraste - C'est un entraîneur à l'expérience internationale via ses escales en Espagne (Real Sociedad 2011-2013), en Côte d'Ivoire (adjoint de la sélection nationale en 2002-2004) et en Angleterre (Nottingham Forest 2017), qui débarque en Artois. C'est aussi le parfait opposé d'Éric Sikora, l'homme d'un seul club, et entraîneur, fraîchement diplômé, à l'expérience minime. Oui, le RCL, après avoir débarqué l'idole du club de façon laconique, est donc allé au bout de son processus de réflexion en nommant l'ex membre de la Fédération. Processus entamé depuis plusieurs semaines , intensifié depuis l'officialisation du maintien en L2 (voir notre article "Big Bang Theory) et mené dans une sérénité apparente. Ambitieux.

Montanier est précédé d'une réputation, avérée ou non, l'avenir le dira, qui est en tout cas d'être celui capable de bien faire jouer ses équipes : relances de derrière, jeu en mouvements, technicité, attaques placées, verticalité, variabilité des systèmes, entraînements composés à 90% de jeu avec ballon. Sa philosophie paraît clairement portée vers l'offensive et le spectacle  « J'essaye simplement de faire jouer le mieux possible mes équipes, même si ce n'est pas toujours facile car on est tributaire de pas mal de paramètres » tempérait-il à ce sujet dans So Foot

Montanier, serviteur du beau jeu ?


L'ex coach de l'USBO n'est pas un dogmatique, ni un adepte des idées préconçues sur le football. Il sait s'adapter aux qualités de ses joueurs. Un profil qui pourra, on l'espère, répondre à cette problématique posée par les équipes compactes, se déplaçant en bloc. Un défi récurrent, notamment à domicile, qui faute d'avoir été relevé par Casanova ou Sikora, a vu le RCL perdre de nombreux points dans son stade. Montanier, lui, sonne le rappel « Le fait d’avoir réussi quelque chose de fort avec la manière avec la Real Sociedad, on pense que l’entraîneur a la baguette magique et qu’il suffit qu’il arrive et d’un seul coup... Mais ce n’est pas ça [...]. Il faut du temps pour construire, une certaine stabilité ». (stade rennais online / 2014)

Attentes - Coach respecté et dont la nomination a été reconnue unanimement, PM se doute que l'attente est immense en Artois, sur la qualité du jeu proposé mais aussi, et surtout, sur les performances et les résultats. Ce dernier paramètre est même un impératif financier pour le club qui ne peut éternellement, dans sa structure actuelle, survivre dans l'antichambre du foot français. Une constante du football d'aujourd'hui, déjà évoquée dans So Foot par l'intéressé « On s'aperçoit que tout le monde est intéressé par la victoire, le public y compris et j'ai déjà vécu des défaites où l'équipe jouait bien et qui pourtant n'étaient pas acceptées par le public et vice versa. Mais c'est sûr qu'il faut tout faire pour jouer le mieux possible, puisque c'est souvent comme ça qu'on gagne le plus de matchs. Mais entre le vouloir et le faire, il y a un fossé. »

Montanier, le nouveau visage de l'ambition lensoise.

Vases communicants - L'annonce de son arrivée, située bien en amont de la date de reprise du groupe, va permettre au nouvel entraîneur d'avoir du temps pour apprivoiser le contexte et l'effectif à sa disposition. Ce dernier, on l'imagine, va beaucoup évoluer d'ici la mi-juin, à Montanier d'esquisser les besoins en terme de recrues potentielles. Des échanges intensifs vont, on l'imagine, avoir lieu avec le patron du secteur sportif lensois, Éric Roy. La signature de l'ex entraîneur de la Real Sociedad devrait donc être le point de départ de bien d'autres mouvements à venir. Un effet de vases communicants parlerait-on en mécanique des fluides... 

Faisant l'unanimité, et le contraste avec l'entraîneur en place jusque là, aussi bien dans son parcours que dans sa philosophie de jeu, Philippe Montanier a généré, en quelques jours autant d'attentes que d'espoirs. Un cocktail bien souvent explosif en football qui, s'il est appréhendé avec soin, peut permettre un retour aux premiers rôles des sang et or lors de la saison prochaine. On frémit déjà...
Fourni par Blogger.